Ateliers doctoraux « L’énergie et l’espace » : une diversité de stratégies d’investigation par les SHS

Une série d’ateliers doctoraux sur la thématique « L’énergie et l’espace » a été organisée en 2019 par le groupe transversal « Ville et énergie » du Labex Futurs Urbains (Université Paris-Est) en coopération avec le Laboratoire Techniques, Territoires, Sociétés (ENPC/UPE) et le Lab’Urba (UPEM), ainsi que le laboratoire PACTE (Université Grenoble Alpes). Ces ateliers ont proposé des moments d’échanges scientifiques et de formation à la recherche[1] autour de trois thématiques structurantes : « Enjeux et échelles spatiales de la production énergétique territoriale » (12.04.2019), « Conception, montage et gestion des projets énergétiques dans l’urbain » (17.05.2019), « Hybridations énergétiques dans les pays émergents » (14.06.2019). Dix-sept doctorant.e.s et post-doctorant.e.s ont présenté des recherches en cours, dans le cadre de doctorats et post-doctorats s’intéressant aux transitions énergétiques à partir d’une diversité de terrains d’étude et de perspectives : étude des conditions d’accès à l’énergie, décryptage des dynamiques des marchés, observation des stratégies de lutte contre la précarité énergétique, invention de nouveaux modèles économiques, typologisation des paysages énergétiques, comptabilisation du métabolisme territorial, suivi des mutations d’usages de l’énergie ou encore inscription historique des transitions… La spatialisation des questions de recherche, dans le cadre des ateliers doctoraux « L’énergie et l’espace », a permis de développer une réflexion croisée sur les systèmes énergétiques au prisme de cette diversité de terrains et de perspectives. Il s’agit d’une question d‘actualité qui se trouve par ailleurs mobilisée dans plus de 200 thèses en cours et soutenues en France au fil des cinq dernières années[2].

Six articles ont été rédigés à la suite des ateliers doctoraux sous forme de working paper – un format qui accentue l’expérimentation méthodologique souhaitée.

Emmanuelle Guillou / “Paysages électriques hétérogènes et expériences d’accès spatialisées dans les aires d’urbanisation diffuse : mise en perspective des politiques publiques d’électrification rurale au Sénégal”

Nassima Abdelghafour / “Des lampes solaires pour lutter contre la pauvreté ? Micro-infrastructures et confinement géographique de la pauvreté”

Mélanie Rateau / “Géographie de la diversité d’accès à l’électricité dans l’urbain ouest-africain : les cas d’Ibadan et de Cotonou”

Alix Chaplain / “La sécurisation de l’approvisionnement électrique au Liban : l’émergence de configurations hybrides”

Camille Mesnil / “Variations sociotechniques et spatiales des projets de méthanisation incluant des matières agricoles en Île-de-France”

Présentation des publications

Chacune des six publications propose un regard singulier sur des évolutions socio-spatiales en lien avec les transformations des modes de production, de fourniture et de consommation énergétiques, elles-mêmes inscrites dans des agencements socio-économiques, techniques et politiques en mutation. Les textes inscrivent leur analyse des questions énergétiques dans une diversité de situations géographiques, socio-économiques et démographiques : quartiers résidentiels de grandes villes d’Afrique Subsaharienne (Mélanie Rateau), aires d’urbanisation diffuse d’Afrique de l’Ouest (Emmanuelle Guillou), territoires villageois d’Afrique de l’Est (Nassima Abdelghafour), villes libanaises (Alix Chaplain), villes denses en première couronne parisienne (Meriam Bechir[3]) ou encore zones rurales et semi-rurales d’Ile-de-France (Camille Mesnil).

Les spatialités étudiées ne se limitent pas aux lieux de production, de fourniture ou de consommation énergétique, car, au contraire, les approches retenues privilégient des visions systémiques et relationnelles de l’espace : analyse des interdépendances entre espaces rendant possible la fabrication d’une ressource énergétique (C. Mesnil) ou obligeant les aménageurs à une réponse globale à l’échelle d’un projet urbain (Meriam Bechir); analyse spatialisée des conditions politiques et économiques de l’accès à l’énergie (E. Rateau, A. Chaplain) et des trajectoires d’acteurs de l’électrification rurale (E. Guillou) ; étude des caractéristiques morphologiques et topologiques des espaces qui contribuent au façonnement de systèmes énergétiques (A. Chaplain, Meriam Bechir), et, à l’inverse, des espaces façonnés par le système énergétique (Meriam Bechir); examen des processus par lesquels des espaces-cibles de politiques publiques d’électrification deviennent supports de nouveaux marchés de l’énergie (Emmanuelle Guillou, Nassima Abdelghafour) ; analyse critique des espaces participant à la mise en récit de la pauvreté dans le cadre d’une stratégie de politisation des rapports énergie – prospérité – qualité de vie (Nassima Abdelghafour).

Les interactions entre spatialités, objets d’étude et outils conceptuels est révélée par une diversité de stratégies d’investigation: analyse multiscalaire de dynamiques socio-économiques et politiques autour du renouvellement de l’offre énergétique (Alix Chaplain et Emmanuelle Guillou) ; étude ethnographique des pratiques dans les espaces de fourniture énergétique et les espaces de consommation (Nassima Abdelghafour, Mélanie Rateau) ou d’autoconsommation énergétique (Alix Chaplain);  la lecture des objets énergétiques au prisme des imbrications techniques, sociales et spatiales qu’ils représentent (Camille Mesnil), couplée à une approche typo-morphologique qui localise les espaces dédiés à la fonction énergétique, et qui décrit leurs caractéristiques architecturales et les interrelations techniques et spatio-fonctionnelles qui s’y déploient (Meriam Bechir).

Quant aux outils conceptuels mobilisés par les autrices des six publications, ils empruntent à des corpus disciplinaires variés et proposent ainsi des éclairages divers et complémentaires sur le couple énergie-territoire. Un premier ensemble combine des approches géographiques et socio-anthropologiques pour décrypter les dynamiques de segmentation socio-spatiale productrices d’inégalités (Emmanuelle Guillou, Nassima Abdelghafour, Mélanie Rateau, Alix Chaplain) ; un deuxième ensemble mobilise la théorie de l’acteur-réseau pour aborder à la fois la complexité des systèmes énergétiques et leur capacité à se reconfigurer pour s’adapter à des usages nouveaux et à des configurations politico-économiques changeantes (Camille Mesnil, Mélanie Rateau, Meriam Bechir). Parmi les outils conceptuels revendiqués, celui de l’« espace relationnel » est central dans l’articulation et l’emboîtement d’autres notions  : « paysage énergétique »,  « assemblage socio-métabolique », « autonomisation énergétique », « pauvreté énergétique ». Ces notions permettent de spatialiser des processus aux manifestations parfois discrètes et peu visibles dans les territoires, et d’en révéler les effets néanmoins structurants.

Les six publications mettent en évidence le potentiel des approches déployées en termes de production de connaissances. Une entrée par les offres énergétiques disponibles localement peut ainsi révéler la convergence d’intérêts stratégiques entre des acteurs apparemment très dissemblables et opérant à des échelles variées, régionale, nationale, voire mondiale (Nassima Abdelghafour). Cette approche peut aussi contribuer à une meilleure compréhension des mécanismes de formation des prix de l’énergie, de leurs disparités et de leur contribution à la fabrique des inégalités d’accès aux services (Mélanie Rateau, Emmanuelle Guillou), ou encore éclairer les processus de clubbisation de l’accès à l’énergie (Alix Chaplain). Une entrée par les acteurs permet de dévoiler les fragilités des offres énergétiques affirmées lorsque le système établi est bousculé par la montée en puissance d’expertises et d’intervenants nouveaux dans un territoire (Alix Chaplain), et inversement, cette stratégie d’analyse permet d’identifier les vulnérabilités des offres émergentes en matière de modèles économiques (Alix Chaplain) et de disponibilité de l’énergie fournie (Emmanuelle Guillou). Une entrée par les assemblages sociotechniques peut mettre en évidence comment se combinent des configurations anciennes et émergentes, – à l’exemple des réseaux publics de gaz naturel vis-à-vis des méthaniseurs (Camille Mesnil) ou encore des grands réseaux électriques publics face aux mini-réseaux (Alix Chaplain) -, et comment cette articulation participe, à terme, au bouleversement du paysage énergétique des espaces-ressources et des acteurs (Camille Mesnil, Alix Chaplain). Enfin, une entrée par la production des espaces dédiés aux objets énergétiques permet d’analyser comment elle résulte d’une négociation, étirée sur la durée du projet, entre une pluralité d’acteurs et en relation avec différents usages non-énergétiques, comme la végétalisation des toitures, pour répondre à des questions technico-économiques, fonctionnelles, réglementaires ou contractuelles (Meriam Bechir).

Par-delà leurs spécificités, les six publications témoignent de choix méthodologiques qui s’intègrent plus largement dans une évolution des recherches en sciences humaines et sociales marquée par la mise en œuvre d’approches transversales et interdisciplinaires, d’une part, une attention accrue aux dimensions spatiales (spatial turn), de l’autre. Cette tendance est particulièrement sensible dans l’espace-temps d’évènements scientifiques, qui rassemblent une diversité de champs disciplinaires et de propositions méthodologiques pour aborder les questions énergétiques[4]. Elle souligne que le couplage de ces deux approches offre aujourd’hui une réponse pertinente aux problématiques complexes posées par les systèmes énergétiques à la recherche comme aux décideurs et aménageurs.   


[1] Le séminaire doctoral « L’énergie et l’espace » fit partie d’une offre de formations doctorales de son université de tutelle (Université Paris-Est), avec l’objectif de fédérer un intérêt pour la dimension spatiale parmi les jeunes chercheurs en aménagement, géographie, science politique, sociologie, anthropologie, économie, ingénierie.

[2] Inventaire réalisé en 2018-2019 par le Groupe « Ville et énergie » du Labex Futurs Urbains, Université Paris-Est. 

[3] L’article sera prochainement publié.

[4] Citons en particulier : les séminaires thématiques organisés par le Laboratoire Interdisciplinaire d’Energies de Demain depuis 2018 (« Climat et biodiversité, modélisation et incertitudes », « La finance peut-elle travailler pour la transition énergétique ? », parmi bien d’autres), le cycle de séminaires « Hybridations électriques et urbanisation diffuse » organisé en 2018 et 2019 par le groupe de recherche « Ville et énergie » du Labex Futurs Urbains, et le colloque « Décentralisation et énergie » organisé par la Faculté d’Architecture de l’Université de Technologie de Delft en janvier 2019. Chacun de ces événements a bénéficié de la participation de chercheurs appartenant à une dizaine de champs disciplinaires : sociologie, anthropologie, géographie, économie et sciences de gestion, énergétique, urbanisme, histoire de l’architecture et de la ville, philosophie, science politique, écologie, physique. Les différents exposés ont porté un regard sur la transition énergétique dans les territoires urbains, périurbains, semi-ruraux et ruraux, dans les pays industrialisés, comme dans les pays émergents. Les questions énergétiques ont été déclinées dans une série de problématiques propres à ces territoires : l’accès à l’énergie, les rapports de pouvoir dans les marchés énergétiques, les enjeux des nouvelles offres de services énergétiques, les politiques de lutte contre la précarité, les spatialités des vecteurs énergétiques vis-à-vis d’autres types occupation des sols (en concurrence, en superposition ou en synergie), les interdépendances structurelles de systèmes existants, etc.