Variations sociotechniques et spatiales des projets de méthanisation incluant des matières agricoles en Île-de-France

Camille Mesnil

doctorante en aménagement et urbanisme, sous la direction d’Olivier Coutard et Caroline Gallez, Laboratoire Techniques, Territoires, Sociétés, ENPC, Université Paris-Est.

Publication réalisée dans le cadre du séminaire doctoral « L’énergie et l’espace » organisé les 14 juin, 17 mai et 12 avril 2019 par le groupe transversal « Ville et énergie » du Labex Futurs Urbains (Université Paris-Est).

Résumé de la publication

Nous proposons une analyse sociotechnique et spatiale de projets de méthanisation incluant des matières agricoles en Île-de-France. A travers les termes d’énergie renouvelable et d’économie circulaire, la méthanisation est associée à des promesses environnementales mais aussi à des perspectives d’évolution de l’organisation spatiale des « régimes » de la production d’énergie et de la gestion des déchets, caractérisés par un fonctionnement sous forme de grand système technique et une circulation linéaire des flux. Notre analyse, qui s’appuie sur la perspective multiniveaux des Transitions Studies, accorde une attention particulière à la manière dont l’espace est pensé et transformé lors de d’élaboration et de la mise en œuvre des méthaniseurs. Ils sont ici considérés comme des « assemblages » socioénergétiques et métaboliques où les dimensions techniques, sociales et spatiales sont intimement imbriquées.
A partir d’un travail de caractérisation des projets, diversifiés au regard de leur degré de réalisation, nous montrons que la relance de la méthanisation remanie en partie les régimes énergétique et métabolique. En Île-de-France, les différents assemblages identifiés connaissent des trajectoires contrastées. La méthanisation comme connexion entre agriculture et grand réseau se déploie ; à l’inverse la méthanisation à l’échelle de l’exploitation y est marginale. En parallèle, s’élaborent des modèles d’agrégation de flux diversifiés. Si la production énergétique par voie de méthanisation ne bouleverse pas le mix énergétique francilien, la récente dynamique et les tendances d’évolution transforment qualitativement le régime métabolique. Tout en s’adossant sur les opérateurs traditionnels (réseaux de transport d’énergie, gestionnaires publics et privés du traitement des déchets), l’introduction de la méthanisation fait émerger de nouveaux producteurs d’énergie locaux et s’accompagne d’une adaptation des réseaux gaziers, de modifications dans la gestion des matières et des perspectives d’élargissement des usages du gaz. Au-delà des questions métaboliques, la relance de la méthanisation interroge également le régime agricole, invitant à une analyse plus systémique des articulations entre différents régimes sociotechniques.