Paysages électriques hétérogènes et expériences d’accès spatialisées dans les aires d’urbanisation diffuse : mise en perspective des politiques publiques d’électrification rurale au Sénégal

Emmanuelle Guillou

doctorante à l’Université Paris-Est, LATTS (UMR 8134 CNRS), Ecole Nationale des
Ponts et Chaussées, Champs-sur-Marne, France, sous la direction de Sylvy Jaglin (LATTS, Université Gustave Eiffel) et l’encadrement de Bruno Valfrey (Hydroconseil).

Publication réalisée dans le cadre du séminaire doctoral « L’énergie et l’espace » organisé les 14 juin, 17 mai et 12 avril 2019 par le groupe transversal « Ville et énergie » du Labex Futurs Urbains (Université Paris-Est).

Résumé de la publication

Cet article s’inscrit dans une recherche doctorale en cours en aménagement de l’espace, qui entend analyser les processus d’électrification dans des espaces intermédiaires appelés aires d’urbanisation diffuse dans deux pays : le Sénégal et la Tanzanie. Dans cet article, nous nous concentrons sur le processus d’électrification tel qu’il est mis en oeuvre au Sénégal, en se plaçant à un moment particulier de ce processus. A travers l’analyse des politiques publiques d’électrification rurale, c’est la trajectoire énergétique des zones rurales, et plus particulièrement celle de la concession Kaolack-Nioro-Fatick-Gossas, qui nous intéresse. Une analyse spatiale de l’application de ces politiques d’électrification à l’échelle locale permet de mettre en évidence la fragmentation territoriale et sociale induite par ces politiques, et leurs conséquences sur les modalités réelles d’accès aux services électriques dans ces espaces. Nous montrons que les orientations politiques et les actions non-linéaires et non-coordonnées des acteurs de l’électrification, au niveau central et au niveau local, viennent influencer la forme des marchés observés, les assemblages sociotechniques à l’oeuvre et les expériences d’accès à l’électricité des populations rurales.