Des lampes solaires pour lutter contre la pauvreté ? Micro-infrastructures et confinement géographique de la pauvreté

Nassima Abdelghafour

docteure en sciences, technologie sociétés, sa thèse a été préparée à Mines ParisTech, Paris Sciences et Lettres, ED Sciences de la Décision, des Organisations, de la Société et de l’Échange, sous la direction de Vololona Rabeharisoa et de Liliana Doganova.

Publication réalisée dans le cadre du séminaire doctoral « L’énergie et l’espace » organisé les 14 juin, 17 mai et 12 avril 2019 par le groupe transversal « Ville et énergie » du Labex Futurs Urbains (Université Paris-Est).

Résumé de la publication

Cet article examine la distribution de lampes solaires à bas coût dans des villages non
raccordés au réseau électrique, dans un petit pays d’Afrique de l’Est. Ce projet est le résultat d’un partenariat entre une entreprise sociale, qui fabrique les lampes et les commercialise via un réseau de micro-entreprises, et d’un consortium réunissant un bailleur, une ONG et des économistes. Ces derniers ont monté ensemble un projet de recherche visant à évaluer l’impact de la distribution de lampes solaires en termes de réduction de la pauvreté. A travers l’analyse de ce projet, on s’intéresse à une problématisation bien particulière de la pauvreté, qui peut être lue comme le résultat de construction d’espaces au sein desquels elle est confinée. L’article s’organise en trois sections. En tant que projet commercial, le projet Kianga Energy se déploie sur un axe Nord – Sud. En tant que projet de distribution d’un dispositif socio-technique de petite taille et de portée minimaliste, qu’on pourrait aussi qualifier de micro-infrastructure, le projet Kianga Energy contribue à créer une zone à l’intérieur de laquelle la fourniture de biens et services de base répond à des standards plus modestes. Ces standards peuvent être interprétés comme le signe d’un décrochage entériné entre des espaces plus riches et mieux desservis et des espaces peuplés d’habitants pauvres, équipés à moindre coût. En tant que démarche scientifique, le projet Kianga Energy produit un effet de confinement épistémologique du phénomène de la pauvreté, qui accentue certains liens de causalité, qui se déploient très localement, et en obscurcit d’autres.