Géographie de la diversité d’accès à l’électricité dans l’urbain ouest-africain : les cas d’Ibadan et de Cotonou

Mélanie Rateau

doctorante à l’Université Paris-Est, LATTS (UMR 8134 CNRS), École Nationale des Ponts et Chaussées, Champs-sur-Marne, France, sous la direction de Sylvy Jaglin (LATTS, Université Gustave Eiffel) et le co-encadrement d’Armelle Choplin (Université de Genève).

Publication réalisée dans le cadre du séminaire doctoral « L’énergie et l’espace » organisé les 14 juin, 17 mai et 12 avril 2019 par le groupe transversal « Ville et énergie » du Labex Futurs Urbains (Université Paris-Est).

Résumé de la publication

Dans les villes ouest-africaines, les options d’électrification ne se limitent pas au service urbain en réseau. Au contraire, elles sont diverses et de plus en plus accessibles notamment grâce aux innovations technologiques véhiculées par différents réseaux mondialisés et rendues disponibles localement par les acteurs marchands et institutionnels. Dans cet article, nous proposons une lecture socio-technico-spatiale des pratiques citadines électriques qui combinent les modes d’accès disponibles localement : le réseau conventionnel, les « toiles d’araignée », les technologies hors-réseau et les solutions de recharge et ce, par processus d’appropriation et d’adaptation des objets techniques et par expérimentation des réseaux d’acteurs. Sur la base d’une étude empirique entre deux villes : Ibadan et Cotonou, et en choisissant des quartiers reflétant leur diversité intra-urbaine, nous démontrons que les configurations électriques sont territorialisées au travers des pratiques citadines. Les deux villes sont relativement proches géographiquement, pourtant, leurs expériences électriques sont distinctes, notamment car les caractéristiques de leur service en réseau diffèrent. Cette complexité électrique reste mal connue par les autorités locales et non prise en compte dans les politiques d’électrification alors que le réseau conventionnel ne représente pas l’expérience majoritaire.