Article mis en avant

Colloque « Les limites de la croissance de la Smart city : espaces et énergies des infrastructures numériques »

Organisation scientifique :
Fanny Lopez, Dr, MCF Eavt, LIAT, fanny.lopez@marnelavallee.archi.fr
Cécile Diguet, IAU, LIAT, cecile.diguet@iau-idf.fr
Laurent Lefèvre, Dr, INRIA, laurent.lefevre@ens-lyon.fr

5 Juin 2019
Introduction par Fanny Lopez.
Conférence de Rosalind Williams, professor, Massachusetts Institute of Technology.

Session 1 : Les récits de la smart city : histoires critiques.
Intervenant.e.s : Victor Bayard, Antoine Courmont, Mojdeh Mahdavi.
Animation et conclusions : Anne Aguilera, Antoine Picon.

Session 2 : Forme et échelle des infrastructures numériques.
Intervenant.e.s : Soline Nivet, Clément Marquet, Prince K. Guma, Béchir Abba Goni.
Animation et conclusions : Sylvy Jaglin, David Mangin.

6 juin 2019

Session 3 : Prospective : de ville des Big Tech à la ville pair-à-pair.
Intervenant.e.s (matinée) : Fabrice Flipo, Ozgun Eylul Iscen, Delfina Fantini van Ditmar, Cristiana Mazzoni.
Animation et conclusions : Dominique Rouillard.
Inervenant.e.s (après-midi) : Roger Baig Viñas, Félix Tréguer, Alexander Taylor, Laurent Lefevre, Valérie Peugeot.
Animation et conclusions : José-Frédéric Deroubaix, François Ménard, Francesca Musiani.

Article mis en avant

Séminaires 2019-2020

Reporté en 2021

Séminaire thématique : « Enjeux socio-économiques du comptage électrique net ».

Les pouvoirs politiques et les marchés mettent en place une diversité de solutions pour encourager le déploiement des dispositifs décentralisés de production d’énergie à partir de sources renouvelables. Les dispositifs de comptage électrique net apparaissent comme un moyen efficace pour encourager l’investissement dans les énergies renouvelables, car ils permettent de valoriser l’énergie non-autoconsommée par sa réinjection dans le réseau public à des tarifs intéressants.
Si les premières applications du comptage électrique net remontent aux années 1980, aux Etats-Unis, selon l’association professionnelle REN21, plus de 50 pays avaient mis en place des programmes de développement de ce dispositif en 2014, et aujourd’hui ce chiffre dépasse le nombre de 60. Ce foisonnement s’accompagne pourtant de controverses sur le plan des volumes de consommation électrique ou encore en termes d’effets sur le maintien des réseaux.

A l’occasion du séminaire, des conférenciers invités proposeront différents points de vue sur les enjeux socio-économiques et politiques du comptage électrique net, en Europe, en Amérique du Nord et au Maghreb.

Tim Schittekatte, économiste, chercheur associé à l’Ecole de régulation de Florence.
Axel Gautier, économiste, Professeur à l’Université de Liège.
Patrick González, économiste, Professeur à l’Université de Laval, Québec.
Nadia Benalouache, docteure en géographie, consultante sur les questions énergétiques en région MENA.

Lieu : Campus universitaire de la Cité Descartes, 14-20 boulevard Newton, Champs-sur-Marne, 77455 Marne-la-Vallée, France. Bâtiment « Bienvenue », salle B017-B020 (rez-de-chaussée).

Inscriptions : suivre ce lien

Ateliers doctoraux « L’énergie et l’espace » : une diversité de stratégies d’investigation par les SHS

Une série d’ateliers doctoraux sur la thématique « L’énergie et l’espace » a été organisée en 2019 par le groupe transversal « Ville et énergie » du Labex Futurs Urbains (Université Paris-Est) en coopération avec le Laboratoire Techniques, Territoires, Sociétés (ENPC/UPE) et le Lab’Urba (UPEM), ainsi que le laboratoire PACTE (Université Grenoble Alpes). Ces ateliers ont proposé des moments d’échanges scientifiques et de formation à la recherche[1] autour de trois thématiques structurantes : « Enjeux et échelles spatiales de la production énergétique territoriale » (12.04.2019), « Conception, montage et gestion des projets énergétiques dans l’urbain » (17.05.2019), « Hybridations énergétiques dans les pays émergents » (14.06.2019). Dix-sept doctorant.e.s et post-doctorant.e.s ont présenté des recherches en cours, dans le cadre de doctorats et post-doctorats s’intéressant aux transitions énergétiques à partir d’une diversité de terrains d’étude et de perspectives : étude des conditions d’accès à l’énergie, décryptage des dynamiques des marchés, observation des stratégies de lutte contre la précarité énergétique, invention de nouveaux modèles économiques, typologisation des paysages énergétiques, comptabilisation du métabolisme territorial, suivi des mutations d’usages de l’énergie ou encore inscription historique des transitions… La spatialisation des questions de recherche, dans le cadre des ateliers doctoraux « L’énergie et l’espace », a permis de développer une réflexion croisée sur les systèmes énergétiques au prisme de cette diversité de terrains et de perspectives. Il s’agit d’une question d‘actualité qui se trouve par ailleurs mobilisée dans plus de 200 thèses en cours et soutenues en France au fil des cinq dernières années[2].

Six articles ont été rédigés à la suite des ateliers doctoraux sous forme de working paper – un format qui accentue l’expérimentation méthodologique souhaitée.

Emmanuelle Guillou / “Paysages électriques hétérogènes et expériences d’accès spatialisées dans les aires d’urbanisation diffuse : mise en perspective des politiques publiques d’électrification rurale au Sénégal”

Nassima Abdelghafour / “Des lampes solaires pour lutter contre la pauvreté ? Micro-infrastructures et confinement géographique de la pauvreté”

Mélanie Rateau / “Géographie de la diversité d’accès à l’électricité dans l’urbain ouest-africain : les cas d’Ibadan et de Cotonou”

Alix Chaplain / “La sécurisation de l’approvisionnement électrique au Liban : l’émergence de configurations hybrides”

Camille Mesnil / “Variations sociotechniques et spatiales des projets de méthanisation incluant des matières agricoles en Île-de-France”

Présentation des publications

Chacune des six publications propose un regard singulier sur des évolutions socio-spatiales en lien avec les transformations des modes de production, de fourniture et de consommation énergétiques, elles-mêmes inscrites dans des agencements socio-économiques, techniques et politiques en mutation. Les textes inscrivent leur analyse des questions énergétiques dans une diversité de situations géographiques, socio-économiques et démographiques : quartiers résidentiels de grandes villes d’Afrique Subsaharienne (Mélanie Rateau), aires d’urbanisation diffuse d’Afrique de l’Ouest (Emmanuelle Guillou), territoires villageois d’Afrique de l’Est (Nassima Abdelghafour), villes libanaises (Alix Chaplain), villes denses en première couronne parisienne (Meriam Bechir[3]) ou encore zones rurales et semi-rurales d’Ile-de-France (Camille Mesnil).

Les spatialités étudiées ne se limitent pas aux lieux de production, de fourniture ou de consommation énergétique, car, au contraire, les approches retenues privilégient des visions systémiques et relationnelles de l’espace : analyse des interdépendances entre espaces rendant possible la fabrication d’une ressource énergétique (C. Mesnil) ou obligeant les aménageurs à une réponse globale à l’échelle d’un projet urbain (Meriam Bechir); analyse spatialisée des conditions politiques et économiques de l’accès à l’énergie (E. Rateau, A. Chaplain) et des trajectoires d’acteurs de l’électrification rurale (E. Guillou) ; étude des caractéristiques morphologiques et topologiques des espaces qui contribuent au façonnement de systèmes énergétiques (A. Chaplain, Meriam Bechir), et, à l’inverse, des espaces façonnés par le système énergétique (Meriam Bechir); examen des processus par lesquels des espaces-cibles de politiques publiques d’électrification deviennent supports de nouveaux marchés de l’énergie (Emmanuelle Guillou, Nassima Abdelghafour) ; analyse critique des espaces participant à la mise en récit de la pauvreté dans le cadre d’une stratégie de politisation des rapports énergie – prospérité – qualité de vie (Nassima Abdelghafour).

Les interactions entre spatialités, objets d’étude et outils conceptuels est révélée par une diversité de stratégies d’investigation: analyse multiscalaire de dynamiques socio-économiques et politiques autour du renouvellement de l’offre énergétique (Alix Chaplain et Emmanuelle Guillou) ; étude ethnographique des pratiques dans les espaces de fourniture énergétique et les espaces de consommation (Nassima Abdelghafour, Mélanie Rateau) ou d’autoconsommation énergétique (Alix Chaplain);  la lecture des objets énergétiques au prisme des imbrications techniques, sociales et spatiales qu’ils représentent (Camille Mesnil), couplée à une approche typo-morphologique qui localise les espaces dédiés à la fonction énergétique, et qui décrit leurs caractéristiques architecturales et les interrelations techniques et spatio-fonctionnelles qui s’y déploient (Meriam Bechir).

Quant aux outils conceptuels mobilisés par les autrices des six publications, ils empruntent à des corpus disciplinaires variés et proposent ainsi des éclairages divers et complémentaires sur le couple énergie-territoire. Un premier ensemble combine des approches géographiques et socio-anthropologiques pour décrypter les dynamiques de segmentation socio-spatiale productrices d’inégalités (Emmanuelle Guillou, Nassima Abdelghafour, Mélanie Rateau, Alix Chaplain) ; un deuxième ensemble mobilise la théorie de l’acteur-réseau pour aborder à la fois la complexité des systèmes énergétiques et leur capacité à se reconfigurer pour s’adapter à des usages nouveaux et à des configurations politico-économiques changeantes (Camille Mesnil, Mélanie Rateau, Meriam Bechir). Parmi les outils conceptuels revendiqués, celui de l’« espace relationnel » est central dans l’articulation et l’emboîtement d’autres notions  : « paysage énergétique »,  « assemblage socio-métabolique », « autonomisation énergétique », « pauvreté énergétique ». Ces notions permettent de spatialiser des processus aux manifestations parfois discrètes et peu visibles dans les territoires, et d’en révéler les effets néanmoins structurants.

Les six publications mettent en évidence le potentiel des approches déployées en termes de production de connaissances. Une entrée par les offres énergétiques disponibles localement peut ainsi révéler la convergence d’intérêts stratégiques entre des acteurs apparemment très dissemblables et opérant à des échelles variées, régionale, nationale, voire mondiale (Nassima Abdelghafour). Cette approche peut aussi contribuer à une meilleure compréhension des mécanismes de formation des prix de l’énergie, de leurs disparités et de leur contribution à la fabrique des inégalités d’accès aux services (Mélanie Rateau, Emmanuelle Guillou), ou encore éclairer les processus de clubbisation de l’accès à l’énergie (Alix Chaplain). Une entrée par les acteurs permet de dévoiler les fragilités des offres énergétiques affirmées lorsque le système établi est bousculé par la montée en puissance d’expertises et d’intervenants nouveaux dans un territoire (Alix Chaplain), et inversement, cette stratégie d’analyse permet d’identifier les vulnérabilités des offres émergentes en matière de modèles économiques (Alix Chaplain) et de disponibilité de l’énergie fournie (Emmanuelle Guillou). Une entrée par les assemblages sociotechniques peut mettre en évidence comment se combinent des configurations anciennes et émergentes, – à l’exemple des réseaux publics de gaz naturel vis-à-vis des méthaniseurs (Camille Mesnil) ou encore des grands réseaux électriques publics face aux mini-réseaux (Alix Chaplain) -, et comment cette articulation participe, à terme, au bouleversement du paysage énergétique des espaces-ressources et des acteurs (Camille Mesnil, Alix Chaplain). Enfin, une entrée par la production des espaces dédiés aux objets énergétiques permet d’analyser comment elle résulte d’une négociation, étirée sur la durée du projet, entre une pluralité d’acteurs et en relation avec différents usages non-énergétiques, comme la végétalisation des toitures, pour répondre à des questions technico-économiques, fonctionnelles, réglementaires ou contractuelles (Meriam Bechir).

Par-delà leurs spécificités, les six publications témoignent de choix méthodologiques qui s’intègrent plus largement dans une évolution des recherches en sciences humaines et sociales marquée par la mise en œuvre d’approches transversales et interdisciplinaires, d’une part, une attention accrue aux dimensions spatiales (spatial turn), de l’autre. Cette tendance est particulièrement sensible dans l’espace-temps d’évènements scientifiques, qui rassemblent une diversité de champs disciplinaires et de propositions méthodologiques pour aborder les questions énergétiques[4]. Elle souligne que le couplage de ces deux approches offre aujourd’hui une réponse pertinente aux problématiques complexes posées par les systèmes énergétiques à la recherche comme aux décideurs et aménageurs.   


[1] Le séminaire doctoral « L’énergie et l’espace » fit partie d’une offre de formations doctorales de son université de tutelle (Université Paris-Est), avec l’objectif de fédérer un intérêt pour la dimension spatiale parmi les jeunes chercheurs en aménagement, géographie, science politique, sociologie, anthropologie, économie, ingénierie.

[2] Inventaire réalisé en 2018-2019 par le Groupe « Ville et énergie » du Labex Futurs Urbains, Université Paris-Est. 

[3] L’article sera prochainement publié.

[4] Citons en particulier : les séminaires thématiques organisés par le Laboratoire Interdisciplinaire d’Energies de Demain depuis 2018 (« Climat et biodiversité, modélisation et incertitudes », « La finance peut-elle travailler pour la transition énergétique ? », parmi bien d’autres), le cycle de séminaires « Hybridations électriques et urbanisation diffuse » organisé en 2018 et 2019 par le groupe de recherche « Ville et énergie » du Labex Futurs Urbains, et le colloque « Décentralisation et énergie » organisé par la Faculté d’Architecture de l’Université de Technologie de Delft en janvier 2019. Chacun de ces événements a bénéficié de la participation de chercheurs appartenant à une dizaine de champs disciplinaires : sociologie, anthropologie, géographie, économie et sciences de gestion, énergétique, urbanisme, histoire de l’architecture et de la ville, philosophie, science politique, écologie, physique. Les différents exposés ont porté un regard sur la transition énergétique dans les territoires urbains, périurbains, semi-ruraux et ruraux, dans les pays industrialisés, comme dans les pays émergents. Les questions énergétiques ont été déclinées dans une série de problématiques propres à ces territoires : l’accès à l’énergie, les rapports de pouvoir dans les marchés énergétiques, les enjeux des nouvelles offres de services énergétiques, les politiques de lutte contre la précarité, les spatialités des vecteurs énergétiques vis-à-vis d’autres types occupation des sols (en concurrence, en superposition ou en synergie), les interdépendances structurelles de systèmes existants, etc.

Variations sociotechniques et spatiales des projets de méthanisation incluant des matières agricoles en Île-de-France

Camille Mesnil

doctorante en aménagement et urbanisme, sous la direction d’Olivier Coutard et Caroline Gallez, Laboratoire Techniques, Territoires, Sociétés, ENPC, Université Paris-Est.

Publication réalisée dans le cadre du séminaire doctoral « L’énergie et l’espace » organisé les 14 juin, 17 mai et 12 avril 2019 par le groupe transversal « Ville et énergie » du Labex Futurs Urbains (Université Paris-Est).

Résumé de la publication

Nous proposons une analyse sociotechnique et spatiale de projets de méthanisation incluant des matières agricoles en Île-de-France. A travers les termes d’énergie renouvelable et d’économie circulaire, la méthanisation est associée à des promesses environnementales mais aussi à des perspectives d’évolution de l’organisation spatiale des « régimes » de la production d’énergie et de la gestion des déchets, caractérisés par un fonctionnement sous forme de grand système technique et une circulation linéaire des flux. Notre analyse, qui s’appuie sur la perspective multiniveaux des Transitions Studies, accorde une attention particulière à la manière dont l’espace est pensé et transformé lors de d’élaboration et de la mise en œuvre des méthaniseurs. Ils sont ici considérés comme des « assemblages » socioénergétiques et métaboliques où les dimensions techniques, sociales et spatiales sont intimement imbriquées.
A partir d’un travail de caractérisation des projets, diversifiés au regard de leur degré de réalisation, nous montrons que la relance de la méthanisation remanie en partie les régimes énergétique et métabolique. En Île-de-France, les différents assemblages identifiés connaissent des trajectoires contrastées. La méthanisation comme connexion entre agriculture et grand réseau se déploie ; à l’inverse la méthanisation à l’échelle de l’exploitation y est marginale. En parallèle, s’élaborent des modèles d’agrégation de flux diversifiés. Si la production énergétique par voie de méthanisation ne bouleverse pas le mix énergétique francilien, la récente dynamique et les tendances d’évolution transforment qualitativement le régime métabolique. Tout en s’adossant sur les opérateurs traditionnels (réseaux de transport d’énergie, gestionnaires publics et privés du traitement des déchets), l’introduction de la méthanisation fait émerger de nouveaux producteurs d’énergie locaux et s’accompagne d’une adaptation des réseaux gaziers, de modifications dans la gestion des matières et des perspectives d’élargissement des usages du gaz. Au-delà des questions métaboliques, la relance de la méthanisation interroge également le régime agricole, invitant à une analyse plus systémique des articulations entre différents régimes sociotechniques.

Paysages électriques hétérogènes et expériences d’accès spatialisées dans les aires d’urbanisation diffuse : mise en perspective des politiques publiques d’électrification rurale au Sénégal

Emmanuelle Guillou

doctorante à l’Université Paris-Est, LATTS (UMR 8134 CNRS), Ecole Nationale des
Ponts et Chaussées, Champs-sur-Marne, France, sous la direction de Sylvy Jaglin (LATTS, Université Gustave Eiffel) et l’encadrement de Bruno Valfrey (Hydroconseil).

Publication réalisée dans le cadre du séminaire doctoral « L’énergie et l’espace » organisé les 14 juin, 17 mai et 12 avril 2019 par le groupe transversal « Ville et énergie » du Labex Futurs Urbains (Université Paris-Est).

Résumé de la publication

Cet article s’inscrit dans une recherche doctorale en cours en aménagement de l’espace, qui entend analyser les processus d’électrification dans des espaces intermédiaires appelés aires d’urbanisation diffuse dans deux pays : le Sénégal et la Tanzanie. Dans cet article, nous nous concentrons sur le processus d’électrification tel qu’il est mis en oeuvre au Sénégal, en se plaçant à un moment particulier de ce processus. A travers l’analyse des politiques publiques d’électrification rurale, c’est la trajectoire énergétique des zones rurales, et plus particulièrement celle de la concession Kaolack-Nioro-Fatick-Gossas, qui nous intéresse. Une analyse spatiale de l’application de ces politiques d’électrification à l’échelle locale permet de mettre en évidence la fragmentation territoriale et sociale induite par ces politiques, et leurs conséquences sur les modalités réelles d’accès aux services électriques dans ces espaces. Nous montrons que les orientations politiques et les actions non-linéaires et non-coordonnées des acteurs de l’électrification, au niveau central et au niveau local, viennent influencer la forme des marchés observés, les assemblages sociotechniques à l’oeuvre et les expériences d’accès à l’électricité des populations rurales.

Géographie de la diversité d’accès à l’électricité dans l’urbain ouest-africain : les cas d’Ibadan et de Cotonou

Mélanie Rateau

doctorante à l’Université Paris-Est, LATTS (UMR 8134 CNRS), École Nationale des Ponts et Chaussées, Champs-sur-Marne, France, sous la direction de Sylvy Jaglin (LATTS, Université Gustave Eiffel) et le co-encadrement d’Armelle Choplin (Université de Genève).

Publication réalisée dans le cadre du séminaire doctoral « L’énergie et l’espace » organisé les 14 juin, 17 mai et 12 avril 2019 par le groupe transversal « Ville et énergie » du Labex Futurs Urbains (Université Paris-Est).

Résumé de la publication

Dans les villes ouest-africaines, les options d’électrification ne se limitent pas au service urbain en réseau. Au contraire, elles sont diverses et de plus en plus accessibles notamment grâce aux innovations technologiques véhiculées par différents réseaux mondialisés et rendues disponibles localement par les acteurs marchands et institutionnels. Dans cet article, nous proposons une lecture socio-technico-spatiale des pratiques citadines électriques qui combinent les modes d’accès disponibles localement : le réseau conventionnel, les « toiles d’araignée », les technologies hors-réseau et les solutions de recharge et ce, par processus d’appropriation et d’adaptation des objets techniques et par expérimentation des réseaux d’acteurs. Sur la base d’une étude empirique entre deux villes : Ibadan et Cotonou, et en choisissant des quartiers reflétant leur diversité intra-urbaine, nous démontrons que les configurations électriques sont territorialisées au travers des pratiques citadines. Les deux villes sont relativement proches géographiquement, pourtant, leurs expériences électriques sont distinctes, notamment car les caractéristiques de leur service en réseau diffèrent. Cette complexité électrique reste mal connue par les autorités locales et non prise en compte dans les politiques d’électrification alors que le réseau conventionnel ne représente pas l’expérience majoritaire.

Des lampes solaires pour lutter contre la pauvreté ? Micro-infrastructures et confinement géographique de la pauvreté

Nassima Abdelghafour

docteure en sciences, technologie sociétés, sa thèse a été préparée à Mines ParisTech, Paris Sciences et Lettres, ED Sciences de la Décision, des Organisations, de la Société et de l’Échange, sous la direction de Vololona Rabeharisoa et de Liliana Doganova.

Publication réalisée dans le cadre du séminaire doctoral « L’énergie et l’espace » organisé les 14 juin, 17 mai et 12 avril 2019 par le groupe transversal « Ville et énergie » du Labex Futurs Urbains (Université Paris-Est).

Résumé de la publication

Cet article examine la distribution de lampes solaires à bas coût dans des villages non
raccordés au réseau électrique, dans un petit pays d’Afrique de l’Est. Ce projet est le résultat d’un partenariat entre une entreprise sociale, qui fabrique les lampes et les commercialise via un réseau de micro-entreprises, et d’un consortium réunissant un bailleur, une ONG et des économistes. Ces derniers ont monté ensemble un projet de recherche visant à évaluer l’impact de la distribution de lampes solaires en termes de réduction de la pauvreté. A travers l’analyse de ce projet, on s’intéresse à une problématisation bien particulière de la pauvreté, qui peut être lue comme le résultat de construction d’espaces au sein desquels elle est confinée. L’article s’organise en trois sections. En tant que projet commercial, le projet Kianga Energy se déploie sur un axe Nord – Sud. En tant que projet de distribution d’un dispositif socio-technique de petite taille et de portée minimaliste, qu’on pourrait aussi qualifier de micro-infrastructure, le projet Kianga Energy contribue à créer une zone à l’intérieur de laquelle la fourniture de biens et services de base répond à des standards plus modestes. Ces standards peuvent être interprétés comme le signe d’un décrochage entériné entre des espaces plus riches et mieux desservis et des espaces peuplés d’habitants pauvres, équipés à moindre coût. En tant que démarche scientifique, le projet Kianga Energy produit un effet de confinement épistémologique du phénomène de la pauvreté, qui accentue certains liens de causalité, qui se déploient très localement, et en obscurcit d’autres.

La sécurisation de l’approvisionnement électrique au Liban : l’émergence de configurations hybrides

Alix Chaplain

doctorante au Centre de Recherches Internationales de Sciences Po Paris, sous la
direction d’Éric Verdeil (CERI, Sciences Po).

Publication réalisée dans le cadre du séminaire doctoral « L’énergie et l’espace »
organisé les 14 juin, 17 mai et 12 avril 2019 par le groupe transversal « Ville et énergie »
du Labex Futurs Urbains (Université Paris-Est).

Résumé de la publication

Du fait d’une dégradation structurelle du réseau conventionnel d’électricité, émergent au Liban des pratiques alternatives dans la production, la transmission et la distribution d’électricité. Alors même que le pays est électrifié à plus de 99%, la sous-production et une gestion erratique des infrastructures entraînent des délestages de 3 à 12 heures par jour, variables selon les régions et les localités. Dans ce contexte de rationnement structurel, le réseau conventionnel n’est plus le paradigme dominant, mais s’articule sous différentes formes avec d’autres dispositifs sur le plan matériel, organisationnel ou politique.
Ancrés dans le paysage urbain et dans les pratiques depuis plus de 30 ans, les groupes électrogènes fournissent 84% des ménages pendant les heures de rationnement (ACS, 2020) et sont aujourd’hui intégrés comme une norme dans le quotidien des libanais (Dana Abi Ghanem, 2018). En dépit de leur illégalité, ces dispositifs de fourniture sont tolérés voire encadrés par la puissance publique ce qui leur confère un statut de système « extra-légal pérennisé » (Gabillet, 2010). Parallèlement, les ménages, les grandes entreprises voire les municipalités se dotent de systèmes de production renouvelable locale depuis une dizaine d’années. C’est notamment le système hybride articulant réseau conventionnel, groupe électrogène diesel et panneaux photovoltaïques qui devient structurant dans les territoires les plus rationnés en électricité, passant de solution individuelle à collective.
Si le réseau reste un horizon structurant, ces dispositifs d’accès à l’électricité plus complexes et diversifiés sur le plan technologique et organisationnel émergent et tendent à s’inscrire durablement dans le paysage électrique libanais. Face à cette hétérogénéisation croissante et structurelle de l’offre et de la demande de fourniture d’électricité, les mécanismes de régulation locaux et nationaux posent question. De la sécurisation individuelle du réseau à l’autonomie énergétique les modèles présentés dans cet article posent de nouveaux enjeux au système électrique national.

Ateliers doctoraux « L’énergie et l’espace » : une diversité de stratégies d’investigation par les SHS

Organisatrices

Sylvy Jaglin et Margot Pellegrino – coordinatrices du GT “Ville et énergie”
Marika Rupeka – assistante

Répondant.e.s

Céline Cholez, enseignante-chercheuse à l’Institut Polytechnique de Grenoble et au laboratoire PACTE.
Gilles Debizet, maître de conférences HDR en aménagement et urbanisme, Université Grenoble Alpes, chercheur à l’UMR PACTE.
Marie Dégremont-Dorville, docteure en science politique, chercheuse associée au Centre de sociologie des organisations, chef de projet transition écologique à France Stratégie.
Fanny Lopez, maîtresse de conférences à l’ENSAVT de Marne-la-Vallée, chercheuse aux laboratoires LIAT et OCS, membre du réseau Labex Futurs Urbains, docteure en histoire de l’architecture.
Laurence Rocher, maîtresse de conférences en urbanisme-aménagement à l’Institut d’urbanisme de Lyon, Université de Lyon 2.
Pascale Trompette, directrice de recherche au CNRS au laboratoire PACTE, Université Grenoble Alpes.
Eric Verdeil, professeur à Sciences Po Paris, chercheur au Centre de recherches internationales.

Liste complète des participant.e.s

Nassima Abdelghafour, docteure dans le domaine des sciences, technologies, sociétés, Centre Sociologie de l’Innovation et l’Ecole des Mines. > Résumé de thèse

Flora Aubert, docteure en aménagement et urbanisme, contrat CIFRE avec Omexom, laboratoire LATTS, ENPC. > Résumé de thèse

Meriam Bechir, doctorante en aménagement et urbanisme, laboratoire LATTS, ENPC.

Alix Chaplain, doctorante en sociologie, Sciences Po (Paris), CERI.

Thibaut Fonteneau, doctorant en sociologie, Université Grenoble Alpes, laboratoire PACTE. 

Rhosnie Francius, doctorante en sociologie sous la direction de Pascale Trompette, Laboratoire PACTE, Université Grenoble Alpes.

Pauline Gabillet, docteure en aménagement, chargée de mission à la Métropole de Lyon.

Bérénice Girard, post-doctorante au laboratoire LATTS, Université Paris-Est.

Emmanuelle Guillou, doctorante en aménagement, LATTS, Université Paris-Est.

Mathilde Marchand, doctorante en sciences politiques, LATTS, Université Paris-Est, en CIFRE avec la coopérative ACADIE.

Miléna Marquet, docteure en économie, consultante énergie à l’entreprise Yélé Consulting.

Céline Martin, doctorante en géographie, thèse ADEME, laboratoire EDYTEM, Université Savoie Mont Blanc.

Camille Mesnil, doctorante en sciences politiques, LATTS, ENPC, Université Paris-Est.

Arnaud Millien, expert en gestion des risques, docteur en économie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. > Résumé de thèse

Roberta Pistoni, docteure en sciences de l’environnement, LAREP, ENS de Paysage de Versailles.

Mélanie Rateau, doctorante en aménagement, LATTS, Université Paris-Est.

Lucas Spadaro, doctorant en aménagement, Lab’Urba / Université Paris-Est.

Anna Zoumenou, docteure en droit public (spécialité : énergie), chargée de projet chez un énergéticien.

Les coévolutions des usages et des systèmes de l’énergie

5 avril 2019

Ce 4ème séminaire du cycle « Hybridations électriques et urbanisation diffuse » est organisé par le Groupe Transversal « Ville et Energie » du réseau Labex Futurs Urbains (Université Paris-Est).
En réunissant des chercheurs, des professionnels de l’énergie, des représentants des institutions gouvernementales et non-gouvernementales, le cycle de séminaires Hybridations électriques et urbanisation diffuse propose des points de vue complémentaires sur les coévolutions entre villes et systèmes énergétiques pour initier un dialogue interdisciplinaire autour de questions structurantes pour la recherche scientifique.

Lieu de l’événement : Campus de la Cité Descartes, 14-20 bd. Newton, Champs-sur-Marne, 77455 Marne-la-Vallée. Bâtiment « Bienvenue », salle B021-B023.

Session thématique 1 – Méthodes et moyens d’observation des coévolutions.

« Coévolutions des systèmes techniques et des comportements : le cas de la rénovation énergétique ». Communication de ELYES NEFZAOUI, ingénieur, enseignant-chercheur à l’École supérieure d’ingénieurs en électrotechnique et électronique, et MARGOT PELLEGRINO, urbaniste, maîtresse de conférences à l’Université Paris-Est, chercheuse au Lab’Urba, membres du GT « Ville et énergie » du réseau Labex Futurs Urbains.

Session thématique 2 – Coévolutions sous l’égide des politiques climat-énergie et de l’action citoyenne pour la transition écologique.

« Co-production for establishing Distributed Energy Systems ». Communication de MAARTEN WOLSINK, docteur en socio-psychologie, enseignant-chercheur à l’Université d’Amsterdam, dans le domaine de la géographie environnementale (communication en anglais).

« Transition énergétique, durabilité et lien social : expertises et transactions à travers quatre cas d’étude dans le Grand Est français ». Communication de PHILIPPE HAMMAN, Professeur de sociologie de la ville et de l’environnement, Institut d’urbanisme et d’aménagement régional, chercheur au Laboratoire Sociétés-Acteurs-Gouvernement en Europe, Université de Strasbourg.

Session thématique 3 – De nouveaux modèles d’infrastructures énergétiques, de nouvelles solidarités ?

« Électrification hors réseau en Afrique : fragile inscription des infrastructures au sein des économies rurales ». Communication de CELINE CHOLEZ, sociologue, enseignante-chercheuse à l’Institut Polytechnique de Grenoble et au laboratoire PACTE.

« La reconfiguration des solidarités électriques : pour une négociation ontologique des cadrages disciplinaires ». Communication de GREGOIRE WALLENBORN, philosophe, physicien, enseignant-chercheur à l’Université libre de Bruxelles, Institut de Gestion de l’Environnement et d’Aménagement du Territoire.

Systèmes de stockage

12 septembre 2018

3ème séminaire du cycle « Hybridations électriques et urbanisation diffuse ».
Organisé par le Groupe Transversal « Ville et Energie » du réseau Labex Futurs Urbains (Université Paris-Est). Lieu de l’événement : Campus de la Cité Descartes, 14-20 boulevard Newton, Champs-sur-Marne, 77455 Marne-la-Vallée, France. Bâtiment « Bienvenue ».

Session thématique 1 – Les cas d’application des nouveaux systèmes de stockage de l’énergie et leur potentiel de transformation sociotechnique

« Stockage stationnaire de l’énergie : de la R&I à la démonstration ». Communication de PIERRE LE THIEZ, ingénieur-expert, responsable des programmes de recherche sur le stockage de l’énergie (2016-2017) à l’IFP Energies Nouvelles.

« Le projet SOLACE : Solaire à concentration et conversion thermodynamique pour l’autonomie énergétique de l’habitat ». Communication de JEAN CHÉRY, directeur de recherche CNRS au département Géosciences de l’Université de Montpellier.

Session thématique 2 – Le rôle du stockage de l’électricité dans les marchés de l’énergie

« Vision systémique ou vision individuelle ? Les opportunités de développement du stockage électrique ». Communication de JACQUES DESPRÉS, docteur en génie électrique, ingénieur de recherche pour la Commission Européenne – Joint Research Centre.

« Stockage de l’électricité : la nouvelle solution anti-pénurie ? Retours d’Ibadan et de Cotonou ». Communication de MÉLANIE RATEAU, géographe, doctorante au Laboratoire Techniques, Territoires, Sociétés de l’Ecole Nationale des Ponts et Chaussées.

Energies pour la ville diffuse

25 juin 2018

2ème séminaire du cycle « Hybridations électriques et urbanisation diffuse ».
Coorganisé par le Groupe Transversal « Ville et Energie » et le « Réseau international pour la recherche sur les villes et l’urbanisation diffuses » (Diffuse Cities & Urbanization Network – DCUN) du Labex Futurs Urbain (Université Paris-Est) cette journée d’études est dédiée aux questionnements relatifs à la transition énergétique dans des contextes d’urbanisation diffuse. A partir d’exemples et d’initiatives empruntés au contexte des villes des Nords et des Suds, il sera discuté des politiques et des projets d’aménagement engageant les territoires périurbains, semi-ruraux et ruraux dans la transition énergétique.
Lieu de l’événement : Campus de la Cité Descartes, 14-20 boulevard Newton, Champs-sur-Marne, 77455 Marne-la-Vallée, France. Bâtiment « Bienvenue ».

Session thématique 1 – Les vulnérabilités et les solidarités territoriales

« Beyond Oil: Designing the Transition ». Communication de CAROLA HEIN, architecte, urbaniste, enseignante-chercheuse à l’Université de Technologie de Delft, à la chaire de l’Histoire de l’architecture et de l’urbanisme.

« Low-carbon Reinvention of Suburbia. A Thought Experiment ». Communication de DAN VAN DER HORST, géographe, enseignant-chercheur à l’Université d’Édimbourg, au département Energie et Société.

Session thématique 2 – Les espaces naturels et agricoles au prisme des énergies renouvelables

« Conduire la transition énergétique de l’aire métropolitaine lyonnaise : état des lieux, enjeux et leviers ». Communication de JÉRÉMIE TOURTIER, chargé de Mission auprès du Syndicat mixte d’études et de programmation de l’agglomération lyonnaise, en charge de l’élaboration du SCOT de l’agglomération lyonnaise et de sa mise en œuvre (volet énergétique)

« L’accès à l’électricité par les énergies renouvelables dans les pays du Sud. Retour sur 20 ans d’expériences ». Communication de YVES MAIGNE, énergéticien, directeur de la Fondation Energies pour le monde (FONDEM).

Session thématique 3 – La décentralisation territoriale et énergétique : projets de société

« L’énergie solaire et le projet territorial. Aménagement urbain Lyon-Confluence et le Territoire à Energie Positive Valence Romans Agglomération ». Communication de BRUNO GAIDDON, énergéticien, coordinateur du pôle réseaux et planification à l’association HESPUL pour la promotion de l’énergie solaire.

« Territoires, énergies et la révolution numérique». Communication de ANTOINE VEYRAT, énergéticien, coordinateur des projets liés aux approches urbaines et smart grids au sein de l’entreprise de consultation et d’ingénierie Energies Demain.

Le rôle des mini-réseaux dans les réponses territoriales aux enjeux de la transition énergétique

6 avril 2018

1er séminaire du cycle « Hybridations électriques et urbanisation diffuse ».
Organisé par le Groupe Transversal « Ville et Energie » du réseau Labex Futurs Urbains (Université Paris-Est). Lieu de l’événement : Campus de la Cité Descartes, 14-20 boulevard Newton, Champs-sur-Marne, 77455 Marne-la-Vallée, France. Bâtiment « Bienvenue ».

Session thématique 1 – La gouvernance locale de l’énergie électrique

« Les mini-réseaux électriques comme exemple d’application des thèses d’Elinor Ostrom sur la gouvernance polycentrique de la tragédie des communs ». Communication de JEAN-CLAUDE BERTHELEMY, professeur au département Economie de l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, chercheur à la Fondation pour les études et recherches sur le développement international.

« Inverser la hiérarchie du système électrique : les micro-réseaux électriques à New York ». Communication de FANNY LOPEZ, maîtresse de conférences à l’ENSAVT Marne-la-Vallée, chercheuse aux laboratoires LIAT et OCS.

Session thématique 2 – Les interfaces sociotechniques et réglementaires des réseaux

« Effets de verrouillage (lock-in, lock-out) : les interfaces des systèmes, les réseaux locaux et les politiques de la transition à une économie faible en carbone ». Communication de RONAN BOLTON, enseignant-chercheur au département des Etudes sur les sciences, les techniques et l’innovation de l’Université d’Edinburg, chercheur au groupe Energie et Société.

« Des transitions réglementaires aux projets d’autoconsommation ». Communication de JEAN SONNET, directeur en charge des projets d’autoconsommation au sein d’Omexom, une marque Vinci Energie.

Session thématique 3 – Les modèles économique et de gestion des mini-réseaux

« Energie sociale, durable et rurale au Mali». Communication de MAXENCE BOCQUEL, consultant au département Energie et Service de la société Yélé Consulting.

« Les nouveaux modèles économiques qui transforment le secteur énergétique dans les Nords et les Suds ». Communication de JENS OLIVER WEINMANN, enseignant-chercheur à l’Ecole européenne de gestion et de technologie ESMT Berlin.