Archives de catégorie : Ateliers doctoraux

Variations sociotechniques et spatiales des projets de méthanisation incluant des matières agricoles en Île-de-France

Camille Mesnil

doctorante en aménagement et urbanisme, sous la direction d’Olivier Coutard et Caroline Gallez, Laboratoire Techniques, Territoires, Sociétés, ENPC, Université Paris-Est.

Publication réalisée dans le cadre du séminaire doctoral « L’énergie et l’espace » organisé les 14 juin, 17 mai et 12 avril 2019 par le groupe transversal « Ville et énergie » du Labex Futurs Urbains (Université Paris-Est).

Résumé de la publication

Nous proposons une analyse sociotechnique et spatiale de projets de méthanisation incluant des matières agricoles en Île-de-France. A travers les termes d’énergie renouvelable et d’économie circulaire, la méthanisation est associée à des promesses environnementales mais aussi à des perspectives d’évolution de l’organisation spatiale des « régimes » de la production d’énergie et de la gestion des déchets, caractérisés par un fonctionnement sous forme de grand système technique et une circulation linéaire des flux. Notre analyse, qui s’appuie sur la perspective multiniveaux des Transitions Studies, accorde une attention particulière à la manière dont l’espace est pensé et transformé lors de d’élaboration et de la mise en œuvre des méthaniseurs. Ils sont ici considérés comme des « assemblages » socioénergétiques et métaboliques où les dimensions techniques, sociales et spatiales sont intimement imbriquées.
A partir d’un travail de caractérisation des projets, diversifiés au regard de leur degré de réalisation, nous montrons que la relance de la méthanisation remanie en partie les régimes énergétique et métabolique. En Île-de-France, les différents assemblages identifiés connaissent des trajectoires contrastées. La méthanisation comme connexion entre agriculture et grand réseau se déploie ; à l’inverse la méthanisation à l’échelle de l’exploitation y est marginale. En parallèle, s’élaborent des modèles d’agrégation de flux diversifiés. Si la production énergétique par voie de méthanisation ne bouleverse pas le mix énergétique francilien, la récente dynamique et les tendances d’évolution transforment qualitativement le régime métabolique. Tout en s’adossant sur les opérateurs traditionnels (réseaux de transport d’énergie, gestionnaires publics et privés du traitement des déchets), l’introduction de la méthanisation fait émerger de nouveaux producteurs d’énergie locaux et s’accompagne d’une adaptation des réseaux gaziers, de modifications dans la gestion des matières et des perspectives d’élargissement des usages du gaz. Au-delà des questions métaboliques, la relance de la méthanisation interroge également le régime agricole, invitant à une analyse plus systémique des articulations entre différents régimes sociotechniques.

Paysages électriques hétérogènes et expériences d’accès spatialisées dans les aires d’urbanisation diffuse : mise en perspective des politiques publiques d’électrification rurale au Sénégal

Emmanuelle Guillou

doctorante à l’Université Paris-Est, LATTS (UMR 8134 CNRS), Ecole Nationale des
Ponts et Chaussées, Champs-sur-Marne, France, sous la direction de Sylvy Jaglin (LATTS, Université Gustave Eiffel) et l’encadrement de Bruno Valfrey (Hydroconseil).

Publication réalisée dans le cadre du séminaire doctoral « L’énergie et l’espace » organisé les 14 juin, 17 mai et 12 avril 2019 par le groupe transversal « Ville et énergie » du Labex Futurs Urbains (Université Paris-Est).

Résumé de la publication

Cet article s’inscrit dans une recherche doctorale en cours en aménagement de l’espace, qui entend analyser les processus d’électrification dans des espaces intermédiaires appelés aires d’urbanisation diffuse dans deux pays : le Sénégal et la Tanzanie. Dans cet article, nous nous concentrons sur le processus d’électrification tel qu’il est mis en oeuvre au Sénégal, en se plaçant à un moment particulier de ce processus. A travers l’analyse des politiques publiques d’électrification rurale, c’est la trajectoire énergétique des zones rurales, et plus particulièrement celle de la concession Kaolack-Nioro-Fatick-Gossas, qui nous intéresse. Une analyse spatiale de l’application de ces politiques d’électrification à l’échelle locale permet de mettre en évidence la fragmentation territoriale et sociale induite par ces politiques, et leurs conséquences sur les modalités réelles d’accès aux services électriques dans ces espaces. Nous montrons que les orientations politiques et les actions non-linéaires et non-coordonnées des acteurs de l’électrification, au niveau central et au niveau local, viennent influencer la forme des marchés observés, les assemblages sociotechniques à l’oeuvre et les expériences d’accès à l’électricité des populations rurales.

Géographie de la diversité d’accès à l’électricité dans l’urbain ouest-africain : les cas d’Ibadan et de Cotonou

Mélanie Rateau

doctorante à l’Université Paris-Est, LATTS (UMR 8134 CNRS), École Nationale des Ponts et Chaussées, Champs-sur-Marne, France, sous la direction de Sylvy Jaglin (LATTS, Université Gustave Eiffel) et le co-encadrement d’Armelle Choplin (Université de Genève).

Publication réalisée dans le cadre du séminaire doctoral « L’énergie et l’espace » organisé les 14 juin, 17 mai et 12 avril 2019 par le groupe transversal « Ville et énergie » du Labex Futurs Urbains (Université Paris-Est).

Résumé de la publication

Dans les villes ouest-africaines, les options d’électrification ne se limitent pas au service urbain en réseau. Au contraire, elles sont diverses et de plus en plus accessibles notamment grâce aux innovations technologiques véhiculées par différents réseaux mondialisés et rendues disponibles localement par les acteurs marchands et institutionnels. Dans cet article, nous proposons une lecture socio-technico-spatiale des pratiques citadines électriques qui combinent les modes d’accès disponibles localement : le réseau conventionnel, les « toiles d’araignée », les technologies hors-réseau et les solutions de recharge et ce, par processus d’appropriation et d’adaptation des objets techniques et par expérimentation des réseaux d’acteurs. Sur la base d’une étude empirique entre deux villes : Ibadan et Cotonou, et en choisissant des quartiers reflétant leur diversité intra-urbaine, nous démontrons que les configurations électriques sont territorialisées au travers des pratiques citadines. Les deux villes sont relativement proches géographiquement, pourtant, leurs expériences électriques sont distinctes, notamment car les caractéristiques de leur service en réseau diffèrent. Cette complexité électrique reste mal connue par les autorités locales et non prise en compte dans les politiques d’électrification alors que le réseau conventionnel ne représente pas l’expérience majoritaire.

Des lampes solaires pour lutter contre la pauvreté ? Micro-infrastructures et confinement géographique de la pauvreté

Nassima Abdelghafour

docteure en sciences, technologie sociétés, sa thèse a été préparée à Mines ParisTech, Paris Sciences et Lettres, ED Sciences de la Décision, des Organisations, de la Société et de l’Échange, sous la direction de Vololona Rabeharisoa et de Liliana Doganova.

Publication réalisée dans le cadre du séminaire doctoral « L’énergie et l’espace » organisé les 14 juin, 17 mai et 12 avril 2019 par le groupe transversal « Ville et énergie » du Labex Futurs Urbains (Université Paris-Est).

Résumé de la publication

Cet article examine la distribution de lampes solaires à bas coût dans des villages non
raccordés au réseau électrique, dans un petit pays d’Afrique de l’Est. Ce projet est le résultat d’un partenariat entre une entreprise sociale, qui fabrique les lampes et les commercialise via un réseau de micro-entreprises, et d’un consortium réunissant un bailleur, une ONG et des économistes. Ces derniers ont monté ensemble un projet de recherche visant à évaluer l’impact de la distribution de lampes solaires en termes de réduction de la pauvreté. A travers l’analyse de ce projet, on s’intéresse à une problématisation bien particulière de la pauvreté, qui peut être lue comme le résultat de construction d’espaces au sein desquels elle est confinée. L’article s’organise en trois sections. En tant que projet commercial, le projet Kianga Energy se déploie sur un axe Nord – Sud. En tant que projet de distribution d’un dispositif socio-technique de petite taille et de portée minimaliste, qu’on pourrait aussi qualifier de micro-infrastructure, le projet Kianga Energy contribue à créer une zone à l’intérieur de laquelle la fourniture de biens et services de base répond à des standards plus modestes. Ces standards peuvent être interprétés comme le signe d’un décrochage entériné entre des espaces plus riches et mieux desservis et des espaces peuplés d’habitants pauvres, équipés à moindre coût. En tant que démarche scientifique, le projet Kianga Energy produit un effet de confinement épistémologique du phénomène de la pauvreté, qui accentue certains liens de causalité, qui se déploient très localement, et en obscurcit d’autres.

La sécurisation de l’approvisionnement électrique au Liban : l’émergence de configurations hybrides

Alix Chaplain

doctorante au Centre de Recherches Internationales de Sciences Po Paris, sous la
direction d’Éric Verdeil (CERI, Sciences Po).

Publication réalisée dans le cadre du séminaire doctoral « L’énergie et l’espace »
organisé les 14 juin, 17 mai et 12 avril 2019 par le groupe transversal « Ville et énergie »
du Labex Futurs Urbains (Université Paris-Est).

Résumé de la publication

Du fait d’une dégradation structurelle du réseau conventionnel d’électricité, émergent au Liban des pratiques alternatives dans la production, la transmission et la distribution d’électricité. Alors même que le pays est électrifié à plus de 99%, la sous-production et une gestion erratique des infrastructures entraînent des délestages de 3 à 12 heures par jour, variables selon les régions et les localités. Dans ce contexte de rationnement structurel, le réseau conventionnel n’est plus le paradigme dominant, mais s’articule sous différentes formes avec d’autres dispositifs sur le plan matériel, organisationnel ou politique.
Ancrés dans le paysage urbain et dans les pratiques depuis plus de 30 ans, les groupes électrogènes fournissent 84% des ménages pendant les heures de rationnement (ACS, 2020) et sont aujourd’hui intégrés comme une norme dans le quotidien des libanais (Dana Abi Ghanem, 2018). En dépit de leur illégalité, ces dispositifs de fourniture sont tolérés voire encadrés par la puissance publique ce qui leur confère un statut de système « extra-légal pérennisé » (Gabillet, 2010). Parallèlement, les ménages, les grandes entreprises voire les municipalités se dotent de systèmes de production renouvelable locale depuis une dizaine d’années. C’est notamment le système hybride articulant réseau conventionnel, groupe électrogène diesel et panneaux photovoltaïques qui devient structurant dans les territoires les plus rationnés en électricité, passant de solution individuelle à collective.
Si le réseau reste un horizon structurant, ces dispositifs d’accès à l’électricité plus complexes et diversifiés sur le plan technologique et organisationnel émergent et tendent à s’inscrire durablement dans le paysage électrique libanais. Face à cette hétérogénéisation croissante et structurelle de l’offre et de la demande de fourniture d’électricité, les mécanismes de régulation locaux et nationaux posent question. De la sécurisation individuelle du réseau à l’autonomie énergétique les modèles présentés dans cet article posent de nouveaux enjeux au système électrique national.

Ateliers doctoraux « L’énergie et l’espace » : une diversité de stratégies d’investigation par les SHS

Organisatrices

Sylvy Jaglin et Margot Pellegrino – coordinatrices du GT “Ville et énergie”
Marika Rupeka – assistante

Répondant.e.s

Céline Cholez, enseignante-chercheuse à l’Institut Polytechnique de Grenoble et au laboratoire PACTE.
Gilles Debizet, maître de conférences HDR en aménagement et urbanisme, Université Grenoble Alpes, chercheur à l’UMR PACTE.
Marie Dégremont-Dorville, docteure en science politique, chercheuse associée au Centre de sociologie des organisations, chef de projet transition écologique à France Stratégie.
Fanny Lopez, maîtresse de conférences à l’ENSAVT de Marne-la-Vallée, chercheuse aux laboratoires LIAT et OCS, membre du réseau Labex Futurs Urbains, docteure en histoire de l’architecture.
Laurence Rocher, maîtresse de conférences en urbanisme-aménagement à l’Institut d’urbanisme de Lyon, Université de Lyon 2.
Pascale Trompette, directrice de recherche au CNRS au laboratoire PACTE, Université Grenoble Alpes.
Eric Verdeil, professeur à Sciences Po Paris, chercheur au Centre de recherches internationales.

Liste complète des participant.e.s

Nassima Abdelghafour, docteure dans le domaine des sciences, technologies, sociétés, Centre Sociologie de l’Innovation et l’Ecole des Mines. > Résumé de thèse

Flora Aubert, docteure en aménagement et urbanisme, contrat CIFRE avec Omexom, laboratoire LATTS, ENPC. > Résumé de thèse

Meriam Bechir, doctorante en aménagement et urbanisme, laboratoire LATTS, ENPC.

Alix Chaplain, doctorante en sociologie, Sciences Po (Paris), CERI.

Thibaut Fonteneau, doctorant en sociologie, Université Grenoble Alpes, laboratoire PACTE. 

Rhosnie Francius, doctorante en sociologie sous la direction de Pascale Trompette, Laboratoire PACTE, Université Grenoble Alpes.

Pauline Gabillet, docteure en aménagement, chargée de mission à la Métropole de Lyon.

Bérénice Girard, post-doctorante au laboratoire LATTS, Université Paris-Est.

Emmanuelle Guillou, doctorante en aménagement, LATTS, Université Paris-Est.

Mathilde Marchand, doctorante en sciences politiques, LATTS, Université Paris-Est, en CIFRE avec la coopérative ACADIE.

Miléna Marquet, docteure en économie, consultante énergie à l’entreprise Yélé Consulting.

Céline Martin, doctorante en géographie, thèse ADEME, laboratoire EDYTEM, Université Savoie Mont Blanc.

Camille Mesnil, doctorante en sciences politiques, LATTS, ENPC, Université Paris-Est.

Arnaud Millien, expert en gestion des risques, docteur en économie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. > Résumé de thèse

Roberta Pistoni, docteure en sciences de l’environnement, LAREP, ENS de Paysage de Versailles.

Mélanie Rateau, doctorante en aménagement, LATTS, Université Paris-Est.

Lucas Spadaro, doctorant en aménagement, Lab’Urba / Université Paris-Est.

Anna Zoumenou, docteure en droit public (spécialité : énergie), chargée de projet chez un énergéticien.